top of page

Comment motiver ses équipes ? Le pouvoir des signes de reconnaissance



Dire merci. Et si le manager remerciait ses collaborateurs pour le travail accompli ?

C’est une question que nous avons soulevée avec un de mes clients. Face à une équipe qu’il estime désinvestie, il s’est fixé comme objectif d’améliorer son management. Nous abordons l’utilisation de ces signes de reconnaissance. Je lui explique ces différents signes en Analyse transactionnelle et l’importance pour l’être humain de recevoir un signe de reconnaissance même négatif. L’indifférence engendre un sentiment d'insécurité et de stress.


Les signes de reconnaissance

Un signe de reconnaissance peut être :

verbal ou non verbal : « Bonjour ! » ou un clin d’œil,

positif ou négatif : un compliment ou une critique négative,

conditionnel : factuel, précis et circonstancié, il concerne le « faire » : « Ton rapport est excellent ! »,

ou inconditionnel : relatif à l’« être », à la personne dans sa globalité : « J’apprécie ta vivacité. » ou « Je ne peux pas te voir. ».

Les collaborateurs s'avèrent particulièrement sensibles aux signes de reconnaissance conditionnels qui témoignent du travail qu'ils ont fourni.


Changer de perspective sur la reconnaissance

Mon client se questionne : « Si je commence à leur dire qu’ils font bien leur travail, ils vont se reposer sur leurs lauriers. », « Ils vont me demander une augmentation ! », « Je ne pourrai jamais, c’est une marque de faiblesse pour moi… ».

Et si l’on regardait la scène sous un autre angle, le collaborateur n’aurait-il pas envie de renforcer ce comportement positif ? De se sentir reconnu pour son travail ? D’avoir besoin de se surpasser ? Le dépassement des équipes, le développement des compétences et la révélation des potentiels individuels et collectifs font partie des missions du manager.

Différentes manières de remercier un collaborateur

Cette phrase le fait réfléchir, et il s’interroge sur les autres marques de reconnaissance qu’il peut mettre en place dans les semaines à venir :

Remercier sincèrement pour un fait précis : rendre un dossier dans les temps, réussir une bonne négociation…

Offrir un cadeau (ou donner de l’argent, mais là, c’est un tout autre sujet !). Au Japon, on appelle cela omiyage : rapporter un souvenir de ses vacances, comme le stylo qui va rester sur le bureau ou le décapsuleur en forme de maillot de bain.

Impliquer des membres de son équipe dans un nouveau projet d’entreprise. Cela a un double bénéfice, d’abord pour le manager, sur l’apport d’un point de vue différent et une créativité accrue, et ensuite pour le salarié, en lui donnant un fort sentiment d’appartenance.

Écouter. Vraiment. Lors d’une réunion d’équipe, se focaliser sur le discours en oubliant ses notifications de téléphone ou son PowerPoint qui défile.


Changer l’attitude du manager pour améliorer l’état d’esprit des équipes et la motivation.

Trois semaines plus tard, mon client débriefe son expérience avec moi. Il est surpris par la portée de ces attentions, il sent un changement dans l’attitude de son équipe, dans son implication, sa motivation. Il a retourné sa croyance, c’est-à-dire qu’il s’est rendu compte que, loin de rendre un collaborateur paresseux et narcissique, le signe de reconnaissance constitue un levier important pour la motivation. Et gratuit en plus !




Et vous, quels sont les signes de reconnaissance que vous pratiquez dans le cadre familial ? Et dans le cadre professionnel ?

Kommentare


bottom of page